Editorial: Le miracle DZ

Si le nouveau cahier des charges venait à s'avérer, l'on ira vraissemblablement vers une véritable industrie automobile. Les observateurs  diront même que c'est ce genre de cahiers qui devait être instauré lors du lancement du montage automobile en Algérie. Les investisseurs s'y serait conformés. A présent que l'on devine, plus au moins, la mouture de la loi qui est  en gestation, va-t-on vers des la promulgation  des avantages fiscaux et douaniers  au profit des investisseurs qui respectent l'usinage avec au départ 30 % de taux d'intégration ?   Afin que le véhicule produit dans ces conditions soit commercialement concurentiel. Car à en croire la recente declaration du Ministre de l'industrie, le montage automobile en kit SKD-CKD sera toujours possible, sauf qu'il sera assujeti à des droits de douanes.

Par ailleurs, il convient de se demander à quoi correspond la phrase "fabrication de la carroseseriie". Qui faut t'il le rappeler, est  la condition de primaire pour atteindre 30% de taux d'intégration.  Selon toute vraissemblance, il s'agit de ce qui est communément appelé l'emboutissage.  En somme  c'est une grosse  presse à metaux qui façonne des pièces de tollerie, afin d'être  soudés à la structure de base du véhicule.  Ajouté à  l'emboutissage, l'atelier peinture, ainsi que d'autres intrants dans le cadre  de la sous traitance locale, on s'achemine vers un  taut d'intégration global trés apprecialble .

Les gens  positifs disent qu' "à toute chose malheur est bon".  Peut être  bien que cette fois ci,  il est question du bon départ ! Le miracle algerien existe. L'antidote du virus Corona n'a t-il pas été trouvé en premier  par des chercheurs Algeriens ?

El Hakim 

 

 

khassatna karoussa

ESSAIS / تجارب

Essais dynamiques du nouveau Mazda BT-50 à Bousaada Une nouvelle génération pour de nouvelles conquêtes

De notre envoyé spécial à BOusaada, SAID LACETEC’est à Bousaada, ville chère à Nacereddine DInet, et...

Webdesign iX Services